Succès populaire aux six Heures de l’Erdre

avec Pas de commentaire

Plus de 240 passionnés de Stand Up Paddle se sont donné rendez-vous sur l’Erdre samedi dernier. Pour la seconde année, en association avec le club Jade Paddle Surf 44, le CVAN Nantes organisait dans l’enceinte du Centre Nautique Nantais les Six Heures de l’Erdre. 

12247919_1631645580436340_8033569619425128621_o

Dans des conditions météorologiques annonçant le début de l’hiver, 75 équipes composées de une à six personnes se sont retrouvées le samedi matin dès 8h30 pour valider leurs inscriptions. Si le vent de nord avait chassé la pluie, il amenait également des températures ressenties très froides, avec un thermomètre avoisinant les 5°c et un vent montant jusqu’à 55km/h dans les rafales.

Il fallait donc une grande détermination pour prendre le départ de cette course de relais et d’endurance qui se présentait sous la forme d’une boucle de deux kilomètres.
Une épreuve de Six Heures, c’est de l’engagement, c’est aussi une aventure.et ce sont des équipes très hétéroclites qui formaient le plateau de cette édition 2015. Beaucoup de femmes, des enfants, des champions, des débutants, des personnes en situation de handicap, en bref, des sportifs de tous les horizons qui sont venus courir sur des planches de tous types. Planches rondes, gonflables, prototypes, de 14′ ou 12’6, flambant neuves ou couvertes de réparations. Il y en avait pour tous les goûts et cela prouve bien le SUP est un sport pour tous !

Afin de garantir la convivialité de l’épreuve et pour pouvoir offrir aux concurrents le maximum de confort, les organisateurs avaient mis en place un véritable petit village en bordure de rivière et  au pied du très récent Centre Nautique Nantais. Ainsi, entre chaque relais, les compétiteurs pouvaient profiter des installations pour se réchauffer, s’alimenter, se réhydrater et même consulter leurs temps de course en temps réel sur un grand écran.

a9ed2de4dd18d7819ad682d04e71a5e6_L

Pendant six heures et une quarantaine de kilomètres parcourus les 240 concurrents ont affronté des conditions difficiles et un parcours assimilable à une course de montagne. Durant les premiers 700 mètres, il fallait affronter de face le terrible vent de nord. Une fois la première bouée virée, le vent était portant sur un kilomètre et ce grand bord de « downwind » offrait de belles glissades. Ensuite il fallait tenir la distance avec un vent de travers déséquilibrant et enfin terminer face au vent pour rejoindre le point de relais face au centre nautique où les coureurs recevaient tous les encouragements imaginables.

12247684_1631646600436238_6306341124835384973_o

Toutefois certains ne se relayaient pas car sur ce type de course, dont les six heures de l’Erdre ont été la première du genre, s’est constitué un noyau d’athlètes amoureux d’endurance qui préparent consciencieusement leur participation en solitaire. Ils étaient 11 « solo » pour cette édition, dont une femme. Et au final, on retrouve David Gandon (planche de 12’6) sur la troisième marche du classement scratch et Cécile Reliquet (Planche de 12’6) sur la troisième marche du podium des équipes 100% féminines.

William Vernack qui a participé à trois épreuves des 6 Heures en une année (vainqueur à La Flèche en juin) prend la deuxième place devant Hervé Molinéro (planche 14′).

Résultats